• fr
Newsletter

Newsletter

Ivory SearchRECHERCHE

Comment prévenir et soulager les coups de soleil ?

Sac de plage à la main, lunettes de soleil et chapeau sur la tête, les vacances s’annonçaient bien, jusqu’à ce que ce vilain coup de soleil plombe l’ambiance. Les coups de soleil peuvent être aussi superficiels que très graves, selon la sévérité de la brûlure. Rougeur, picotements, tiraillements, sensation de brûlure : autant de symptômes désagréables du coup de soleil. Voici nos conseils pour éviter les coups de soleil, et pour apaiser la peau lorsque le soleil a déjà fait son œuvre !

 

Un coup de soleil, c’est quoi exactement ?

Entre bronzage et coup de soleil, la limite est mince. En effet, le bronzage est en réalité une réaction de défense de la peau, lorsqu’elle est agressée par les rayons du soleil. Lorsque l’agression n’est pas trop violente ou trop longue, la peau bronze. Au-delà d’un certain stade, elle finit par céder et c’est alors qu’un coup de soleil apparaît.

En cause ? Les rayons ultraviolets émis par le soleil, et plus particulièrement les rayons UVA et UVB. Lors d’une exposition longue, trop intense, ou sans protection, les UVB brûlent la peau. Heureusement, seulement 10 % des UVB atteignent les couches profondes de la peau, ce qui permet de « limiter la casse » à la surface de la peau.

Néanmoins, les UVA, dont les effets sont moins visibles, pénètrent les couches profondes de la peau et accélèrent le vieillissement cutané, tout en augmentant les risques de cancers de la peau.

La combinaison des UVA et des UVB est à l’origine des coups de soleil. Ceux-ci peuvent se manifester par une brûlure du premier degré, une brûlure du deuxième degré superficielle, ou une brûlure du deuxième degré profonde. On passe alors du simple coup de soleil qui part en une semaine, à la brûlure qui prend plus d’un mois à guérir, en laissant des cicatrices derrière elle. C’est pourquoi, il est indispensable de se protéger pour éviter les coups de soleil.

 

Bronzer sans avoir de coup de soleil, c’est possible ?

Heureusement, la réponse est oui ! Il est tout à fait possible d’afficher un sublime teint hâlé sans pour autant griller littéralement au soleil. Pour bronzer sans risquer le coup de soleil douloureux, quelques bons gestes sont à adopter. Tout d’abord avant l’été, pour bien préparer sa peau, puis tout au long de la période d’exposition.

 

Bien préparer sa peau au soleil

Un à deux mois avant la belle saison, il peut être judicieux de commencer à préparer sa peau au soleil. C’est la clé pour obtenir un bronzage uniforme et longue durée, mais surtout, pour prévenir l’apparition des coups de soleil.

Avant de partir en vacances, exfoliez bien votre peau deux fois par semaine, pour qu’elle soit plus a même de bronzer de manière homogène. Une peau exfoliée absorbera également mieux les soins, qu’il s’agisse de votre crème hydratante ou de votre crème solaire. Ce qui nous amène au point suivant : l’hydratation !

Pour prévenir les coups de soleil et le vieillissement cutané prématuré, renforcer le film hydrolipidique avec une crème hydratante est essentielle. La barrière cutanée sera plus forte, mieux armée pour lutter contre les rayons ultraviolets.

Enfin, pour préparer votre peau au soleil, vous pouvez miser sur une alimentation riche en bêta-carotènes : mangues, abricots, carottes, framboises et fraises seront vos alliés pour apporter des antioxydants et des acides gras essentiels, qui permettront de bien préparer la peau à l’exposition.

 

Les bons gestes pour s’exposer en toute sérénité

Pour vous exposer en toute sérénité, quelques bonnes pratiques sont à mettre en œuvre. Tout d’abord, évitez les heures les plus chaudes pour vous exposer, et ne sortez jamais sans le combo magique : chapeau, lunettes, crème solaire. Lors des premières expositions, appliquez de la crème solaire sans modération.

Privilégiez un indice 50 si vous avez la peau sensible, autrement, un indice 30 minimum. Après la première semaine d’exposition, votre peau « s’habitue au soleil », vous pouvez donc migrer doucement vers un indice plus faible, minimum 15.

Appliquez votre crème solaire en couche généreuse, toutes les deux heures. Sachez qu’aujourd’hui, il existe des crèmes solaires protectrices qui aident même à mieux bronzer donc ne vous inquiétez pas, votre crème solaire ne vous empêchera pas de bronzer !

Si vous avez adopté une alimentation riche en bêta-carotène, poursuivez-la durant vos vacances. Si vous avez commencé une cure de phytothérapie pour mieux bronzer, de même, continuez pendant l’exposition.

Enfin, à chacune de vos sorties, emmenez une bouteille d’eau. Elle vous sera bien utile pour prévenir la déshydratation, mais aussi pour protéger votre peau : si votre peau est hydratée de l’intérieur, elle résistera mieux aux ultraviolets !

 

Comment soulager un coup de soleil ?

Trop tard, le soleil a déjà frappé et votre coup de soleil vous en fait baver ? Il existe des solutions pour soulager rapidement un coup de soleil. Pour une brûlure au premier degré, nettoyez la peau à l’eau fraîche puis appliquez une crème cicatrisante en couche épaisse. Pour apaiser la douleur, le plus simple est de rafraîchir la zone brûlée, vous pouvez donc mettre votre crème au réfrigérateur avant de l’appliquer. Pour une brûlure au second degré, nettoyez soit avec un savon désinfectant, soit avec de l’antiseptique, pour que les cloques ne s’infectent pas.

Quel que soit le degré de la brûlure, hydratez bien la zone pour apaiser la peau et hydratez-vous pour prévenir la déshydratation. Surveillez votre température et n’hésitez pas à prendre un antalgique en cas de maux de tête. Lorsque vous sortez, pensez bien à couvrir le coup de soleil, il ne faut en aucun exposer la peau brûlée de nouveau, et il faut la protéger des agressions extérieures.

Attention, dans certains cas, il peut être nécessaire de consulter un médecin :

  • Si le coup de soleil couvre plus de 10 % de la surface du corps
  • Si le coup de soleil touche des zones particulièrement sensibles (parties génitales, mains, pieds…)
  • S’il y a des signes d’infection de la brûlure
  • S’il y a une augmentation de la douleur
  • En cas de maux de tête, d’étourdissements, de vertiges, de sensibilité à la lumière.